Déjà vus

Regard fixe Agrandir l'image

Regard fixe

regard-fixe

Neuf

Œuvre: Regard fixe

Artiste: Bendoumi

Technique: Huile sur toile avec couteau

Dimension: 31(L)x 47(H) cm

Année: 2011

Pièce unique

Plus de détails

1 Article

Attention : dernières pièces disponibles !

240,00 € TTC

En savoir plus

"L’âme de l’artiste s’éveille aux éléments extérieurs qu’il souhaite retranscrire grâce à la contemplation".

 
Cette étape de visualisation est cruciale avant la réalisation de toute œuvre. Ce tableau est un hommage à cette harmonie contemplative où s’entremêlent les sens  humains avec les éléments du monde, d’où vint l’idée de la représentation du « regard fixe ». Cette peinture est une subjugation de la contemplation du soi vers autrui ; avec de ce fait l’illustration de l’entente et de l’esprit de paix traduite par la prédominance de la couleur bleue. Cette entente est toutefois contrastée quelque peu d’après les zones nuancées où le bleu foncé côtoie un bleu nettement plus clair, allant de l’harmonie et de l’immensité du ciel à la vibration du soi dans le crépuscule silencieux.

Au travers de cette représentation de la quiétude entremêlée à l’harmonie vient se greffer trois silhouettes silencieuses représentées au centre du tableau, dont deux se trouvent dans une situation prédominante en amont de la scène, alors que la troisième est disposée plutôt en retrait. Ces formes représentent une émanation de la pensée sauvage hantée par l’univers cosmovital. Ces émotions contemplatives définissent les manifestes en se basant sur les définitions du monde et de ses règles esthétiques, en les redistribuant dans des formes originales dont la nature n’est bientôt plus concevable sans débats internes. Elles allient à la fois la tranquillité et le trouble, l’exactitude et le flou dans une attitude d’accaparement statique vers l’extérieur de la scène, comme si l’artiste n’était plus lui-même le contemplateur, mais le contemplé.

Si le mouvement général de la pensée de l’artiste se frotte en continu à l’art, nul doute cependant qu’il ne se glisse vers une autonomie visuelle le mettant parfois à bonne distance de son sujet. C’est l’objet principal de ce tableau rappelant que la contemplation statique en était une des principales conséquences. On notera ainsi la fréquente rupture entre les artistes et les habituels commentateurs de l’art que sont philosophes, historiens, critiques, journalistes ou encore poètes ; la mise en concurrence, également, d’une écriture sur l’art. Le résultat de cette simplification progressive est une restructuration du tableau qui donne toute son importance à l’observation du fond et de la couleur.

  • Blog