Déjà vus

Crepuscule Agrandir l'image

Crepuscule

crepuscule

Neuf

Oeuvre : crépuscule

Artiste : Juan

Technique : photographie numérique

Format : 20cm x 30cm

Plus de détails

1 Article

Attention : dernières pièces disponibles !

358,80 € TTC

En savoir plus

crépuscule

Le soleil une fois couché mareyeurs et touristes libèrent la plage lui rendant pour un temps son aspect sauvage. Sous les dernières lueurs du crépuscule la dune battue par les vents entonne une douce mélopée. A l’horizon, d’épais nuages semblent vouloir tout engloutir sous leur passage. Dressée comme une sentinelle, une flèche nous invite à gagner la sortie avant l'orage. Il arrive parfois que la photo vienne à vous sans qu’on s’y attende. Est-ce le fruit du hasard ou simplement un heureux concours de circonstances ? Peut importe dès l’instant où tout s’éclair dans l’esprit du photographe. Ici les éléments et les symboles fixés par l’objectif signent la dernière photo d’un séjour sur les plages du Cotentin.  

Le Narrative Art, à compter des années soixante-dix, représente de manière exemplaire une de ces formes d’art extensif. Pour les “artistes nar­rateurs” tels que David Askevold, John Baldessari, Peter Hutchinson ou encore Jean Le Gac, actifs dans le sillage de l’art conceptuel (le mouvement en tant que tel éclôt dès la fin des années soixante et connaît une première représentation publique d’envergure en 1973 et 1974, à New York, dans le cadre des expositions Story et Narrative à la galerie John Gibson), l’image ne saurait être simplement considérée pour soi, de manière autonome, à titre d’icône.

Réquisitionnée dans la perspective d’une mise en scène, l’image devient dans l’optique “narratiste”, au contraire, un objet irréduc­tible à l’unité, objet qu’on destine même à être travaillé au moyen d’un élé­ment parasite le contaminant depuis l’extérieur : un texte, ainsi, sera adjoint de manière systématique à la proposition visuelle, texte au contenu non toujours de rapport direct avec ce que le spectateur voit sur l’image. Relevant assez rarement de la simple information (une manière de procéder qui, pour être débitrice de l’art conceptuel, n’entend pas moins couper les ponts avec celui-ci), ce texte ébauchera plus souvent les contours d’une his­toire, d’un récit à caractère théorique (Baldessari, Victor Burgin, Ken Lum) ou aux linéaments intimes ou énigmatiques (Le Gac, Didier Bay, Martine Aballéa, sinon quelques travaux de Sophie Calle cumulant textes et photo­graphies).

  • Blog